Histoire - 1919 - (suite 2 )

Publié le par bauds

11 - Histoire - 1919 -  Sabordage à Scapa Flow


Le 21 juin 1919 à midi, à la base navale de Scapa Flow, dans les Orcades, l'amiral Von Reuter donne le signal du sabordage à la flotte allemande prisonnière en attendant d'être livrée aux Alliés: aussitôt, six croiseurs de bataille, dont le Hindenburg (ci-contre) dix cuirassés d'escadre, huit croiseurs légers et cinquante destroyers commencent à couler. Ces navires (d'une valeur d'un milliard et demi au prix d'avant-guerre), représentaient un gage du gouvernement allemand jusqu'à la signature de la paix.A l'amiral anglais Freemantle qui lui exprimait son indignation, l'amiral Von Reuter, devenu prisonnier avec 2000 officiers et marins, répondit: "Dans les mêmes circonstances, tout marin anglais eût agi de même". Possible, le renflouage de ces navires n'est pas rentable.
source: Les années mémoire - Larousse


12 - Histoire - 1919 -Cousettes juin 1919



Les cousettes jouent les petites mains pour mettre bout à bout les vingt-quatre tapis qui vont recouvrir la galerie des glaces. Commandés par Louis XIV, ils proviennent de la Savonnerie. Jamais posés, ils ont gardé leurs belles couleurs vives, et l'on peut y lire la devise du Roi-Soleil: "Nec pluribus impar" ("Non inférieur à plusieurs"). Ces oeuvres d'art disparaîtront bientôt sous les pieds dorés des tables et des deux cents sièges divers puisés dans le mobilier national, et sous ceux, chaussés de bottines, des membres de la Conférence de la Paix.
source: Les années mémoire - Larousse

13 - Histoire - 1919 - La journée du souvenir à Reims





Les gymnastes qui traversent les ruines de la cité martyre, au pied de la cathédrale, se rendent à la grande fête des sports. Elle réunit toute la jeunesse rémoise au stade de l'ancien collège d'athlètes du parc Pommery, qui n'a pas été épargné, lui non plus, par les bombardements. Les organisateurs, au premier rang desquels le marquis de Polignac, veulent faire chaque année, de ce 14 septembre, une Journée du souvenir à la mémoire de leurs compatriotes, commémorant l'anniversaire du premier bombardement systématique de la ville par les Allemands.
source: Les années mémoire - Larousse




14 - Histoire - 1919 - Le Traité de Versailles






La signature du traité qui met fin à la Première Guerre mondiale et demande réparations à l'Allemagne vaincue aura lieu dans la galerie des glaces du château de Versailles. Le choix de cette salle est dicté par le souvenir d'une humiliation nationale: Ici même, le 18 janvier 1871, Guillaume Ier, roi de Prusse fut couronné empereur d'Allemagne, après la défaite de Sedan et la chute de Paris. En cet après-midi du samedi 28 juin, les quatre grandes puissances, assistées de leurs 17 puissances associées vont recevoir la signatire des plénipotentiaires allemands. L'Alsace et la Lorraine, annexées depuis quarante-huit ans, vont rentrer dans le territoire français.
source: Les années mémoire - Larousse

15 - Histoire - 1919 -
L'avion sur le toit




Démobilisés, les aviateurs mettent l'expérience acquise dans les combats au service d'activités conquérantes et pacifiques: raids, traversées, records, transport public..., parfois aussi au service de prouesses spectaculaires mais inutiles. Encouragé par la prime de 25000 francs, offerte par la direction des Galeries Lafayette au pilote qui, le premier, atterrirait sur le toit du magasin, le grand Védrines se laissa tenter: le 19 janvier 1919, il posait son Caudron G3 sur les 28 mètres de longueur de la terrasse, non sans "casser du bois" tout de même. Avec quelque raison la presse jugea sévèrement l'exploit, mais les Galeries Lafayette avaient obtenu ce qu'elles cherchaient, une colossale publicité gratuite dans les journaux.
source: Les années mémoire - Larousse

la suite au prochain article






Publié dans HISTOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Scarlatinette tritonear 20/06/2009 19:11

L'apprêt Coussettes pour la paix des tapis de Versailles .