Dortoir

Publié le par bauds

dortoir.jpg
Image et texte extraits de 
"Images d'archives de Bretagne" - Jeanne Le Keradec



auteur3

Autres images de Bretagne :  Dentelle

Publié dans HISTOIRE - Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

KLINX 19/03/2010 09:11


bizarrement, l'intenat vécu en 58/59! c'est pour moi, le fin d'une profonde dépressioncar j'y ai rencontré, dans une province différente, des amitiés qui m'ont sorti de la tristesse: le
cadre aussi un gd pard en extérieur de la ville? J'au récupérés des photos via les amies de l'époque, en noir et blanc..


bauds 29/03/2010 16:50


Il y a hélas très peu de photos, car les appareils étaient rares à cette époque. Il y a aussi heureusement de bons souvenirs malgré cet univers carcéral.


Tagazou 12/03/2010 17:24


Je n'ai jamais supporter les dortoirs


bauds 18/03/2010 15:27


Parmi ceux qui ont connu le dortoir, peu en ont gardé un bon souvenir sauf celui des batailles au polochon.


KLINX 12/03/2010 08:34


J'ai beaucoup entendu parler de l'école dans la famille paternelle haut montagnarde, ils avaient l'obsession de l'instruction, en même temps qu'ils étaient tiraillés par la séparation de
l'église et de l'état qui s'était faite en laissant de rudes souvenirs. CONTRADICTION chez des partisans de la laïcité, ils continuaient à avoir leur chaise à l'église pour les femmes, leur place
au balcon pour les hommes: Je suppose que çà avait dû prendre qques années.. le dépassement des "virulences" mais çà avait marqué durablement, puisque je me souviens des échos encore dans les
années cinquante!


bauds 18/03/2010 16:02


Il n'y a pas si longtemps, un de nos grands hommes d'Etat déclarait encore que l'instituteur ne remplacera jamais le pasteur ou le curé!


Odilie 11/03/2010 19:14


C'était dans les années 60. On ne faisait pas sa prière. La discipline était stricte et l'alignement des lits identiques. Alignés aussi les tristes lavabos. Mauvais souvenir.


bauds 18/03/2010 16:44


Mauvais souvenirs en effet, mais avec quelques parties de rigolade quand même, comme les batailles aux polochons ou les lits en portefeuille ou en cathédrale.