Rouget

Publié le par bauds

20729280

 

 

Une histoire alsacienne rapportée par Maman.

L'Alsace est diagonalisée par un cours d'eau qui s'appelle l'Ill.

Très poissonnée elle gastronomisait les cuisines de quenelles et de matelotes.

Ce fut un évènement historique le jour où un pêcheur, un dénommé Ratzmann Auguste trouva dans sa nasse un rouget, poisson méditerranéen d'origine.

Notre pêcheur ayant lu les fables de la Fontaine, décida de lui prêter vie, l'emmena chez lui, le choya comme un fils.

Ce petit poisson rouge avec de gros yeux comme des cocardes devint très grand, révélant un talent extraordinaire pour la poésie et la musique.

On l'appela Rouget de l'Ill.

C'était pendant la révolution de 1792.

Le maire de Strasbourg, un dénommé Dietrich, invita notre Auguste à venir présenter son Rouget afin d'étonner ses invités pour une surprise-partie qu'il avait organisée pour des amis patriotes.

On trimbala notre phénomène dans une bassine.

C'est avec une émotion palpitée que l'audience entendit une chanson de circonstance dont le souffle patriotique balaya les coeurs qui avaient échappé à la guillotine.

Comme notre rouget avait - par attavisme sans doute - un accent marseillais prononcé, on appela son oeuvrette " la marseillaise".

Pour son élan, son enthousiasme fanatique et sanguinaire elle fut adoptée comme hymne national et notre Rouget de l'Ill promu lieutenant.

 

En lisant cette histoire, je me demande si le maire et ses amis n'avaient pas un peu forcé sur le Riesling.

Mais savez-vous que la musique de la Marseillaise avait été composée quelques années auparavant par un autre musicien dont notre Rouget s'était inspiré ? (le copier-coller n'existait pas encore à l'époque)

 

 

Publié dans Histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

KLINX 10/05/2010 14:15



Mëme s'ils avaient un petit coup dans le nez, du côté de ILL je trouve que l'histoire avec le poisson est finalement plus marrante...car pour le reste trouver l'auteur, le vrai
de la Marseillaise... Si çà se trouve Vercingétorix  fredonnait déjà  les premières notes ou presque, qu'un arrière arrière grand oncle de sa bisaïeule  maternelle avait avec ses
hardes amené d'EUROPE Centrale (au plus près, c'est par là que le celte dt je parlais voilà quelques jrs,stationna qques temps, reprenant souffle en triturant un bout de bois tendu de cordes
fabriquées en nerfs de je ne  sais quoi, air, qui du coup s'égailla du Nord au Sud et de l'EST à L'ouest...pr finir par devenir trouvaille lumineuse de Rouget.....!!



bauds 12/05/2010 17:57



Finalement, nous passons notre temps à inventer ce qui existe déjà. Une fois de plus, l'histoire ne retient que ce qui a été écrit par ceux qui la font. La Fontaine n'a pas caché le fait que ses
fables s'inspiraient de celles d'Esope. La différence aujourd'hui est que le savoir qui se transmettait de bouche à oreille de génération en génération se répand à la vitesse de la lumière.


Je pense que dans le cas de Rouget, les paroles guerrières n'avaient pas grand chose à voir avec le texte initial.