Calendriers

Publié le par bauds

Almanach des P.T.T. de 1975

P1390601-1975-3.jpg

collection familiale

Le poème complet de Saint-Amant :

Offre au poisson béant, mu d'une brusque envie, Sa véritable mort sous une ombre de vie ; Déjà la canne ploie, et, déjà haut en l'air, Le nageur étant pris vole comme un éclair.

II s'y secoue en vain, de sa chute on s'approche, On y court, on le prend, du fer on le décroche ; II s'échappe des doigts, tombe, sautille, fuit. Fait voir mille soleils en l'écaillé qui luit. Bat l'herbe de sa queue, et, sur la plaine verte, D'une bouche sans cri, de temps en temps ouverte Bâille sans respirer, comme né sans poumon. Et laisse à qui l'étreint un reste de limon.

Marie, et prompte et simple en sa première épreuve, Jette presque en tremblant la ligne dans le fleuve; Mais en l'espoir conçu trop d'ardeur la déçoit, Car le poisson rusé, qui l'embûche aperçoit, La rongeant tout autour, d'une lèvre avancée. Et trompant par le poids le bras et la pensée. Fait que la belle main, tirant la ligne à faux, Sent que ses premiers coups sont autant de défauts.

Toutefois, à la fin, et par la patience. Qui presque en toute chose est la seule science. Elle opère si bien qu'avec quelque bonheur Ayant fourbe le fourbe, elle prend le preneur.

Se sentant pris au piège, il s'agite dans l'onde, Va deçà va de là, d'une erreur vagabonde. Tâche à rompre le poil, fait branler le roseau ; Mais enfin de poisson on le change en oiseau.

 

autre calendrier : >>>  Calendriers

Publié dans calendriers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

J'ai pêché un seul poisson dans ma vie juste au moment où découragés d'attendreon allait tout ranger. En auvergne on allait à la pêche aux écrevisses il y en avait des quantités dans une petite
rivière près de la Chaise Dieu (à voir), le plus dur c'était de les tuer après, je ne pouvais pas. Bonne journée !
Répondre
B


J'ai dû aller à la pêche deux ou trois fois dans ma vie mais c'était pour conduire la barque. De toute façon, ça ne servait à rien que je pêche, car je remettais les
poissons à l'eau aussitôt. Je me souviens, enfant, d'avoir été chercher des écrevisses avec mon grand père dans des pièges qu'il avait posés dans un ruisseau.